Skip to main content

Steve Kaplan's Comedy Intensive

Steve Kaplan

Les 16 et 17 février Steve Kaplan présentera à Bruxelles son atelier de deux jours "Comedy Intensive". Nous avons déjà donné la parole à Steve.

Que doit surveiller un scénariste débutant lorsqu'il écrit une comédie ?

"La plus grande erreur que vous pouvez commettre est de penser que vous êtes supérieur aux personnages que vous écrivez. De ne pas croire en l’humanité du personnage et de perdre un temps précieux à imaginer un comportement ridicule dans une vaine tentative d’être ‘drôle’. Regardez une fois autour de vous, les gens sont déjà assez ridicules sans la moindre aide nécessaire de votre part. Comme l'a dit Edward Albee, "Laissez vos personnages faire le travail". Si vous créez des personnages vifs et imparfaits, il vous suffit de les suivre et de voir où ils vous mènent. Lorsque Tony Kushner a écrit "Angels in America", un scénario à la fois puissant et très amusant, il est resté coincé au milieu. Il a déclaré à propos de cette période: "Je ne savais pas ce que je faisais. Alors j'ai pensé: je vais demander à l'un de mes personnages. Qui me ressemble le plus ? Louis. Alors, je me suis assis et j'ai demandé: "De quoi parle cette pièce?”. "La réponse lui a apporté une tonne de Tonys et Emmys."

Steve Kaplan

Comment la comédie diffère t-elle des autres formats?

La comédie est l'art de dire la vérité, et en particulier de dire la vérité sur les gens, sur ce que signifie être humain. Beaucoup de gens pensent que le drame raconte des histoires importantes à propos de nos vies. Le drame nous aide à rêver de ce que nous pourrions être: ne serait-il pas formidable d'être aussi résilient que Rocky, aussi audacieux que James Bond ou aussi courageux que Jack Bauer ? Pour être aussi sensible - ou aussi sexy ou aussi belle - que les médecins de Grey’s Anatomy ?

Tandis que le drame croit en la perfection de l’homme, la comédie repose sur la certitude que l’homme n’est pas parfait: inquiet et maladroit - les attributs essentiels de la comédie - cela ne nous décrit-il pas tous ? Alors que le drame représente quelqu’un de dépressif dans une nuit sombre, la comédie voit cette nuit dépressive et sombre, mais remarque aussi le pull que vous portez depuis quelques jours déjà dans cette nuit sombre, et que vous mangez du beurre de cacahouètes directement du pot pendant que vous regardez Judge Judy. Il fait encore nuit noire, mais cette nuit devient plus supportable en relativisant la vie. Le fait est que la comédie voit tous nos défauts, nos faiblesses et nos lacunes et ne nous hait pas pour autant. Car être imparfait est humain. Le drame tolère certains de ces manquements, évite les autres, en glorifie quelques-uns et justifie le reste. Dans le drame, les erreurs qui rendraient le héros dramatique grossier ou ridicule sont éliminées. Vous n’avez par exemple encore jamais vu une production de Hamlet dans laquelle Hamlet lâche un pet par exemple, n’est-ce pas ? Evidemment pas. Parce qu’alors, ce serait une comédie, non ? La comédie, en revanche, inclut à la fois notre humanité et nos propres défauts, nos vies ridicules et notre profonde douleur, sans écarter tous ces éléments. Le génie de la comédie est d’aimer l’humanité sans pour autant la pardonner. La comédie est l’art de dire la vérité sur l’être humain.

Existe t-il un langage universel pour la comédie ? Comment écrire un comédie pour un public international ?

La première fois que j'ai eu l'occasion de parler dans le monde entier, je dois avouer que j'étais un peu inquiet. Les clips vidéo, qui constituent une grande partie de l’atelier, illustrent les instruments et les principes que j’enseigne. Bien entendu, la plupart des clips proviennent de la télévision américaine et de films hollywoodiens. Quand je les ai présentés pour la première fois en Angleterre, je me suis demandé: qui suis-je pour montrer des extraits de comédie aux Britanniques, le pays de Fawlty Towers et de Monty Python? Quand on m'a invité à parler à Singapour, j'ai pensé: "Oh mon dieu, ils viennent de battre un enfant juste parce qu'il mâchait du chewing-gum en public. S'ils voient quelques-uns de mes clips, je risque d’être exécuté ! "Mais dans les deux cas, j'ai été agréablement surpris par la réaction aux clips vidéo et à l’atelier en général. Le public rit autant de la ’40 Year Old Virgin’ et du Groundhog-day à Kiev, Mumbai et Singapour, comme à New York et Los Angeles. Et partout où je vais, le public me permet de rencontrer de nouveaux écrivains et humoristes de leur communauté.

Ce qui nous divise, c’est peut-être la langue, les habitudes, la politique ou la culture, mais ce qui nous unit, est que nous sommes tous humains. 

La comédie est l’art de dire la vérité, et plus spécifiquement, l’art de dire la vérité sur les êtres humains. Nous nous ressemblons beaucoup plus que nous ne sommes différents. Nous sommes tous désireux des mêmes sortes de choses et souffrons des mêmes incertitudes. Les personnages des comédies grecques d’il y a 2500 ans, correspondraient encore pour chacun ayant regardé une sitcom.

Et la manière d’écrire pour un public international est de raconter vos propres vérités, au lieu d’essayer d’écrire pour un membre non défini, inconnu, de chaque communauté. Je suis né à New York et j’habite à Los Angeles, mais les histoires et les personnages dans Amelie, Monsoon Wedding et The Full Monty fonctionnent aussi bien pour moi en tant que comédies américaines.

Steve Kaplan

Les livres sur le “screenwriting” aident-ils à mieux écrire ?

Et bien, ils ne font certainement pas de mal… Principalement, mes deux livres: “The Hidden Tools of Comedy” et le nouveau “The Comic Hero's Journey!” (rire). Je recommanderais aussi “Adventures in the Screen Trade” de William Goldman, ne serait-ce que pour la clarté, la concision et l’élégance des scènes d’ouverture de Butch Cassidy. Et mon éditeur, Michael Wiese Productions, propose toute une série de livres incroyablement utiles, comme “Save the Cat” et “The Writer's Journey”.

Mais le plus utile est encore de voir le plus possible de comédies. Il y a plus de 100 ans de comédies (film et télévision) à regarder. Si vous apprenez le maximum, vous ne pouvez qu’améliorer votre propre écriture. Regardez un film populaire et lisez ensuite le scénario (la plupart sont disponibles en ligne). Regardez à nouveau le film, analysez la structure, l’équilibre entre personnage et intrigue, “prat falls” et pathos. Regardez encore une fois, et répétez. Et rappelez-vous ce que Picasso a dit: “Copiez les bons artistes, volez les grands artistes.”. Ce qu’il voulait dire était que les grands artistes flairent le travail remarquable des autres, en retirent ce qu’ils veulent et abandonnent le reste, et créent ensuite quelque chose qui est indiscutablement d’eux-mêmes. Veillez donc à prendre le meilleur - souvenez-vous que vous pouvez toujours appeler cela un hommage.

Steve Kaplan hero's journey

Pouvez-vous nous donner quelques conseils pratiques pour devenir meilleur en écriture de comédie ?

En plus d’écrire chaque jour, je vous suggère trois choses:

  1. Suivez d’abord un atelier d’improvisation. Parce qu’une grande partie de la comédie est basée sur les personnages, l’improvisation est la meilleure manière d’entrer dans la tête d’un personnage. Même si vous n’êtes pas désireux d’être interprète ou acteur, les compétences comiques que vous apprenez sont d’une valeur inestimable pour l’écriture - qu’il s’agisse d’un scénario de long métrage ou d’un court récit, ou même un set-up et un clou. L’improvisation est la meilleure expérience pour permettre aux auteurs de comprendre comment les personnages pensent, ressentent, parlent et agissent. Il est essentiel de regarder à travers les yeux de vos personnages et de comprendre leur point de vue - participer à des formations d’improvisation vous apprennent cela. Et les gens drôles deviennent plus drôles en compagnie d’autres personnes drôles.

  2. Deuxièmement, il est important de faire partie d’un groupe d’auteurs. La comédie ne peut pas exister dans le vide; même s’il s’agit d’un petit groupe d’écrivains, il est important que vous lisiez vos textes à voix haute devant un public. Rappelez-vous également que si vous souhaitez que votre script soit lu, vous devez toujours servir des boissons gratuites. Un public content est un public qui rit.

  3. Et enfin, si vous y arrivez, imaginez constamment que vous êtes né dans une famille dans laquelle votre oncle est Steven Spielberg.

Steve Kaplan comedy intensive masterclass

Inscrivez-vous maintenant pour le masterclass Comedy Intensive


Cela pourrait vous intéresser