Skip to main content

La dynamique du Burn-out

1. Phase de différentiation

Un individu sent ou voit les choses autrement que ses collègues. La personne est convaincue de son point de vue, mais n’arrive pas à faire passer ses idées. Les collègues regardent étonnés et se demande si quelque chose ne va pas. Une situation gênante s’installe qui n’est pas assez alarmante pour prendre des mesures drastiques et chercher des solutions.

2. La phase de confusion

La tension monte et la personne qui se sent isolée avec son point de vue commence à ramener du stress à la maison. Dans le milieu du travail, les gens commencent à le fuir subtilement et un groupe commence à se créer contre lui. Même les collègues qui continuaient à le soutenir commencent à être dans la confusion par peur d’avoir des ennuis.

A ce moment, la prévention est encore possible. Pourvu que quelqu’un dans l’entourage reconnaisse la dynamique et soit capable de voir la différence de comportement et ouvre le débat.

3. La phase de retrait

Si aucune mesure n’est prise, la personne qui se sent isolée va se mettre en retrait. Si elle ne trouve aucun allié au travail, la personne va en chercher hors du milieu du travail et va être convaincue qu’elle éprouve des difficultés au travail.

Des doutes concernant ses propres capacités peuvent s’accentuer. Au travail, la perception que quelque chose ne tourne pas rond dans le comportement de cette personne se fait sentir. Le groupe considère la personne comme une menace et par l’abandon collectif la personne se retrouve de plus en plus isolée. Des deux côtés, la perception est fortement altérée et le conflit de fond est passé maintenant à un conflit relationnel.

4. La phase de perte de contact

La personne isolée se sent incomprise et n’arrive plus à prendre du recul par rapport au conflit. Certaines personnes au travail sont évitées et le doute règne: je peux faire ce travail? Devrais-je partir? À son tour, l'environnement voit la personne comme un dissident et se questionne également sur le fait que la personne devrait rester. Il est possible que la personne soit interpellée par des collègues ou un superviseur qui a dit qu'il ou elle devra changer ou alors il devra tirer ses conclusions. Evidement, cette personne ne s’en sort plus.

5. La  phase de vérité

Même si la personne n’est pas encore surmenée ou clouée à la maison avec un burn-out, elle se trouve maintenant avec un sentiment prédominant de rejet total et d'humiliation. Toute once de motivation a disparue et il ne reste plus que la rancune causé par cet engrenage. Si il y’a encore des discussions, il ne s’agira pas de protéger la personne mais bien l’équipe. L'environnement de travail doit choisir rapidement entre la démission ou la destitution du «coupable» qui est maintenant dans un isolement complet et qui a souvent longtemps été absent pour cause de maladie. Il peut arriver que la santé soit menacée et qu’un médecin décide d’obliger la personne a quitter son poste ou la personne qui choisit elle-même de s’en aller ou encore que l’organisation décide de le virer.


Cela pourrait vous intéresser